Archives de décembre, 2016

Le blog Hugin & Munin m’a fait découvrir deux jeux de rôles qui m’ont tenté.

Beyond the Wall tout d’abord. Je cite Hugin & Munin : « Tout en utilisant un système de jeu compatible avec la première édition de Donjons & Dragons, Beyond the Wall, en tout cas dans son livre de base, fait le choix de recentrer l’aventure autour d’un petit village dont font partie les PJs. Le jeu propose donc des mécaniques de résolution et de combat d’un extrême classicisme mais il offre des outils permettant aux joueurs de créer collectivement un cadre de jeu et au meneur de proposer une partie sans préparation préalable. Au début de la partie les joueurs, et le meneur de jeu, vont être amenés à remplir la carte du village, qui ne contient initialement que l’auberge, et à créer une liste de PNJs marquants.
les joueurs créent leurs personnages et les intègrent au village pendant que le meneur de jeu prépare son scénario. Les premiers vont devoir choisir un livret correspondant à un archétype de personnage -apprenti mage, aspirante chevaleresse, jeune bucheron- et composé de tables aléatoires déterminant les événements marquants de son enfance et de son adolescence. Le meneur de jeu aura lui accès à un pack scénaristique basé sur un danger menaçant le village -« une tribu de fées en colère », « un culte maléfique ». Ces packs sont eux-aussi composés de tables aléatoires permettant de préciser la nature de la menace et de la lier au village : lors de ma première partie du jeu j’ai ainsi déterminé aléatoirement que la fille de la reine des fées entretenait une relation secrète avec le forgeron du village…lui même mentor d’un des PJs. (…) En transformant Donjons & Dragons en un jeu sédentaire, Beyond the Wall lui donne une charge émotionnelle étonnante. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre le mal : il faut aussi maintenir la communauté soudée, participer aux rites du village[4] et discuter, s’allier ou se battre avec des proches.« 

Du coup, j’ai fait l’acquisition du jeu et de l’extension Further Afield permettant de sortir du village et d’arpenter le monde environnant. Il y a également des suppléments gratuits pour approfondir la création du village et de des habitants.

pages-de-vuga-sagasoftheicelanders

Sagas of the Icelanders ensuite. Je cite toujours : « Ce jeu de rôles vous propose d’incarner des émigrants norvégiens qui s’installent en Islande autour de l’an 1000. Et l’Islande, à l’époque, y’a rien : pas une boîte, pas un troquet, pas une mobylette. Rien. La zone intégrale. Même les vikings ne s’y sont pas installés, c’est dire. Si ces colons fuient la Norvège dès 930, c’est qu’un roi s’y est mis en tête d’unifier tout le pays sous sa botte. Et eux, le roi et son pouvoir centralisateur hégémonique, c’est pas leur truc. Ils rêvent d’égalité, de liberté, de fraternité. Alors ils partent en Islande, où il y a de la terre gratuite pour qui veut bien s’y briser le dos à la cultiver. C’est donc un cadre de jeu inhabituel : il n’y a pas de véritable cité, même pas de village. Il y a que des fermes éparses coincées entre de la bonne terre et un geyser. Et pas de monstre à tuer, juste un hiver vigoureux (mais pas encore d’albums de Björk, les pauvres). C’est donc un jeu de rôles intimistes où l’on incarne un esclave chrétien, une matriarche ou un vagabond qui vit dans une petite communauté autosuffisante. Il faut aller chercher une femme dans la ferme d’à-côté, raconter des histoires au coin du feu, lire les runes quand on doute de l’avenir. C’est pas vraiment une vie d’aventurier classique.(…) Non content de proposer un décor qui oblige à se poser des questions sur l’autorité et le vivre ensemble, le jeu se double d’un aspect « études de genre » en proposant autant des personnages féminins que masculins. Et comme le moteur est une variante d’Apocalypse World, les joueurs n’ont pas accès aux mêmes actions selon qu’ils incarnent un homme ou une femme. Ce n’est donc pas juste une question de « Que faisons-nous en tant qu’Islandais ? », c’est également une expérience ludique sur les rôles sexués et sur ce que la société attend de vous. »

Publicités

Un jeu de rôle avec du Audiard dedans

Publié: 16 décembre 2016 dans Jeux de rôle

pages-de-dj01v305-jusdpomme

Il est gratuit et téléchargeable ici. Cela donne franchement envie d’essayer !