Archives de octobre, 2016

img_6392

J’ai acheté cela hier, dans mon magasin préféré. Le tout pour 121 euros ! J’en discutais justement avec Vincent, le propriétaire du Warp qui regrette de voir son rayonnage jeu de rôle fondre à vue d’oeil.
Certes, le jeu de rôle a toujours été un loisir de niche, mais tout de même, l’envolée des prix, pas toujours (et même rarement de mon point de vue) suivi de la hausse de la qualité des produits, nuit forcément au développement de notre hobby. Quel jeune peut investir aujourd’hui 60 euros dans une campagne pour Cthulhu ? Ou même 40 euros dans le livre de base d’un jeu puis ensuite 30 euros par supplément ? Et quand on voit ce que l’on achète pour 15 – 20 euros, on se demande si cela en vaut la peine…
Et pourtant, les auteurs de jeux ne cessent de se plaindre de ne pas gagner assez. Alors qui empoche l’argent ? D’autant qu’avec la pratique intensive du  crowfunding, les maisons d’édition produisent maintenant à moindre risque ou a risque nul leurs livres…

Bref, j’ai ajouté ces trois suppléments à ma collection. Ma pratique du jeu de rôle semble bel et bien derrière moi en effet, et j’achète pour lire et poursuivre certaines gammes de jeu. Les enfants semblent avoir pris la relève toutefois, autour de D&D3.5, Oltrée et sans doute Cthulhu. Peut-être utiliseront-ils ma collection pour jouer ?

Un nouveau Maléfices ?

Publié: 2 octobre 2016 dans Jeux de rôle

ab-wwkiil28d1lzt_vv0fnlajoa

Une troisième (la précédente, des Editions du Club Pythagore était intitulée « troisième » sans raison, selon moi) édition de Maléfices devrait voir le jour chez Arkhane Asylum Publishing . il s’agira d’abord d’un livre de base, d’un écran de jeu et d’un nouveau tarot. Ces trois éléments seront aussi proposés dans un boite pour les plus nostalgiques.
Par la suite, ils promettent un premier supplément intitulé Le Club Pythagore qui permettra de plonger en profondeur dans les mystères de ce haut lieu maléficieux, de découvrir son histoire, ses membres éminents, ses ennemis.
Une campagne, intitulée Dies Irae, verra peut-être aussi le jour. Cette campagne amènera les joueurs des bas-fonds de Paris aux plus hautes sphères du pouvoir politique.

A suivre, peut-être…