Fortune de France

Publié: 19 février 2011 dans Escarmouche Renaissance, Inspirations

Alors que les discussions avec Beuargh au sujet de la fabrication du manoir Renaissance vont bon train, je me suis penché sur le premier tome de la sage « Fortune de France » pour y chercher matière à scénarios.

Voici la maisnie des Siorac au début du roman :

– le chevalier Jean de Siorac,

– l’écuyer Jean de Sauveterre,

 

– les soldats vétérans Cambusse (aux talents de cuisinier), Marsal le Bigle et Coulondre « Bras de fer, rejoint pour le 4e épisode par Faujanet le tonnelier,

– Jonas le carrier (habile à l’arc anglais ou à l’arbalète),

– les femmes : Isabelle de Siorac, Barberine la nourrice, Cathau la chambrière, et la cuisinière la Maligou,

– les enfants : François et Pierre de Siorac, Samson (un demi-frère), Catherine et Helix

Premier épisode : de retour de campagne dans les rangs de la légion de Normandie, les deux Jean, escortés des trois soldats et d’une charette contenant la picorée, sont attaqués par des caïmans qui exigent un péage sur un pont.

Deuxième épisode : alors qu’il cherche à visiter la seigneurie de Mespech dans le but de l’acheter, les deux Jean sont assaillis au cœur d’un bois par les hommes du baron de Fontenac qui souhaite éliminer des concurrents.

Troisième épisode : Alors qu’ils se reposent dans un village à la tombée de la nuit, les deux chevaliers et leurs hommes doivent repousser l’assaut mené par la troupe du baron brigand de Fontenac avec l’aide des villageois.

Quatrième  épisode : en l’absence de Jean de Siorac partis guerroyer pour le roi avec leurs vétérans, le manoir de Mespech est assiégé par un fort parti de Roumes. La défense doit s’organiser autour de Jean de Sauveterre, Jonas, Faujanet et les femmes et les enfants.

Cinquième épisode :  alors que la région est en proie aux violences entre catholiques et protestants,Jean de Siorac propose au curé du village d’escorter une charrette contenant les ornements de l’église jusqu’à la ville afin de les mettre en sûreté. Mais une troupe de Huguenots ne l’entend pas ainsi.

Pour jouer à cela, je testerai bien Flashing Steel , la règle d’escarmouche à paraitre incessamment chez Ganesha Games (les auteurs de Song of Blades & Heroes).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s