Soirée jeux de plateau

Publié: 28 décembre 2007 dans Jeux de société

Séance de jeux de plateau hier soir. Au menu, une partie d’Antike et une de Samurai à 4 joueurs (Amélie, Nicolas, François et moi)

Antilke est un « civilisation – like » en moins compliqué et surtout moins long (la partie, commencée à 22 heures, s’est terminé vers 01h30). Chaque joueur incarne un peuple (ici les Phéniciens, les Grecs, les Romains et les Celtes) et doit le mener sur la voie du progrès.

Le but est de récupérer un certains nombre de carte de personnalités (rois, savants, généraux, citoyens, navigateurs). Pour une partie à 4 joueurs, c’est le premier réunissant 9 cartes qui remporte la partie.

Le plateau de jeu est divisé en 50 provinces abritant chacune une ville et produisant une ressource parmi le marbre, l’or et le fer. Ces ressources sont utilisés durant le jeu pour construire un temple (5 pions de marbre), acheter un progrès (10 pions or), recruter une flotte ou une troupe (1 pion fer) ou construire une cité (1 pion de chaque).

A chaque tour de jeu, chaque joueur reçoit une pièce de monnaie (qui peut remplacer n’importe quel pion de ressource) et peut effectuer une action sur la roue. On doit déplacer son pion à chaque tour de 1 à 3 cases (en payant des ressources on peut dépasser ce nombre d’une ou plusieurs cases).

Les actions sont : fer, or, marbre (récupérer autant de pions de la ressource que l’on a de province qui en produit), progrès (acheter un progrès parmi voile, roue, marché, monarchie ou leur évolution), recruter (placer une troue ou flotte par province pour chaque unité de fer dépensée), temple (construire un temple ce qui permet de récupérer 3 ressources au lieu d’une dans la province et augmente la défense de la cité) et mouvement (permet de déplacer ses flottes et troupes d’une province à une autre adjacente).

Pour récupérer les différentes cartes de personnages il faut réaliser des objectifs précis : pour avoir acheté le premier un progrès, on reçoit une carte savant ; pour avoir construit 5 cités, un roi ; 3 temples, 1 citoyen ; pour contrôler seul 7 provinces maritimes, une carte navigateur et pour avoir détruit un temple adverse, une carte général. Les cartes ne sont pas en nombre égal, réduisant au fur et à mesure de la partie les opportunités de victoire. Les cartes généraux étant les plus nombreuses, les fins de parties consistent à détruire des temples pour récupérer les points de victoire manquant.

Les combats, car il y a toujours à un moment ou à un autre, se résolvent assez simplement. Quand une armée ennemie pénètre dans une province dotée de troupes, le combat détruit un nombre égal de troupe de chaque côté.

Exemple ci-dessous : le joueur vert (romain) attaque la province phénicienne de Cyrène avec 4 flottes contre une flotte et une troupe pour le joueur noir. On enlève une flotte de chaque côté, mais pas la troupe car une flotte et une troupe ne peuvent pas se combattre.

Si les troupes attaquantes ont dépensé tout leur mouvement pour venir dans la province, on s’arrête là. S’il leur reste des mouvements, elles peuvent tenter de s’emparer de la cité. Pour cela, on calcule la défense de la cité : 1 point pour la cité, trois si il y a un temple. On ajoute +1 avec le progrès monarchie et +2 avec son évolution démocratie. On ajoute 1 point par flotte ou troupe ayant survécu au combat.

Dans notre exemple, le joueur Phénicien totalise 1 (cité) + 1 (monarchie) + 1 (troupe) contre 3 flottes. Comme il y a égalité, c’est l’attaquant qui l’emporte et prend le contrôle de la cité.

Dans notre partie, le joueur romain (vert) pris rapidement de l’avance et la conserva, malgré une belle remontée du Celte (rouge). Amélie a su alterner achat de progrès, maitrise des mers, construction de temple et enfin destruction de l’un de mes temples pour gagner.

Pour ma part, je jouais Phénicien (noir !) et j’ai du me méfier de mon voisin grec (jaune) tout en harcelant les Romains en Afrique. Mes chances de victoire se sont effondrées après la lâche attaque du grec sur ma cité de Sparte qui entraina une riposte de ma part sur les provinces de la Mer Noire. Ce conflit nous laissa tous les deux épuisés et hors course !

Le joueur celte, perdu dans les brumes nordiques, a réussi à se développer sans ennui ; mais son refus d’engager le combat contre le Romain en Espagne l’empêcha à mon sens de l’emporter.

Pour finir la soirée et montrer le jeu à Amélie, nous avons fait une partie de Samurai. A quatre joueurs, cela va vite, d’autant qu’on ne peut pas vraiment surveiller toutes les îles et les actions des joueurs. La victoire revint nettement à Nicolas sur cette partie.

Publicités
commentaires
  1. Nicolas (Le Grec) dit :

    Beau résumé de ces parties.

    J’émettrais cependant une remarque sur le conflit entre le Phénicien (Pierrick) et le Grec (moi-même):

    L’attaque de Sparte n’est que la conséquence de l’attitude agressive du Phénicien dont les troupes se massaient à mes frontières, ce qui m’a contraint, par peur, à attaquer le premier ! Ceci est regrettable, d’autant plus que je songeais à ce moment à me consacrer à une vie saine et pieuse de constructeur de temples !

    Vu l’état de délabrement de ma nappe et le contraste violent sur les photos j’ai pris la résolution de la changer en 2008 !

    L’oeil exercé d’un joueur d’Antike remarquera qu’une erreur de pions sur la table des progrès s’est glissée dans ce résumé ^^

  2. admin dit :

    « Attitude aggressive du Phénicien » !!!…. Pour une fois que je la joue honnête et presque pacifique, tu exagères !
    Pour la nappe, je vote pour !

  3. Nicolas (Le Grec) dit :

    Tu avais massé tes troupes et l’ambassadeur Celte Kouchnerix m’avait parlé de Guerre ! J’ai pris peur et voilà le résultat : deux peuples pacifiques (enfin surtout le mien ^^) déchirés par la guerre, quel gâchis !

    La prochaine fois j’attaque plus tôt pour prendre des cités ! lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s