Quelques lectures pour nos armées Armati

Publié: 2 août 2007 dans Revues

5.0.2

Pour mieux appréhender mon armée assyrienne, j’ai déniché un numéro de la revue Dossiers de l’archéologie (mai 1991) consacré à « la guerre au Proche – Orient dans l’Antiquité ».

Voici le sommaire (en italique, les articles qui m’intéressent directement) :

Vainqueurs et vaincus

La guerre des hommes est aussi celle de leurs dieux. Le roi assyrien est le bras armé de la divinité nationale. L' »ennemi », c’est-à-dire l' »étranger », parce qu’il est différent, doit être anéanti. Les conflits sont donc omniprésents et la seule lecture des textes cunéiformes nous prouve qu’indubitablement, il y avait une joie fondamentale à faire la guerre dans la Mésopotamie ancienne.

La guerre au pays de Sumer

Les premières villes de l’histoire de l’humanité sont apparues aux alentours de l’an 3000 av. J.C. en Basse-Mésopotamie. Ces cités-Etats sumériennes ne s’unirent jamais et la guerre au pays de Sumer semble avoir existé à l’état endémique. Ainsi, en inventant la ville, les Sumériens ont-ils sans doute inventé la guerre.

Le heurt des impérialismes

Pendant près de 3000 ans, le Proche-Orient fut secoué » de guerres violents et cruelles mettant aux prises des royaumes et des empires de plus en plus vastes et de plus en plus centralisés.

Les invasions barbares

Au III° millénaire les invasions des peuples nomades venus des montagnes du Zagros ou des régions côtières méditerranéennes ont profondément marqué l’histoire de la Mésopotamie. Elles ont été ressenties comme une malédiction divine s’abattant sur le pays.

Guerre civile dans l’empire assyrien

En plus des guerres extérieures, l’Assyrie dut faire face à plusieurs reprises à des troubles internes dans lesquels s’affrontaient les héritiers du roi défunt. Descendants légitimes ou usurpateurs se sont ainsi fait la guerre, une guerre sans merci qui, dans certaines régions de l’empire assyrien, provoqua autant de ravages que les campagnes militaires courantes.

L’organisation militaire à Mari

Les fouilles du palais de Mari ont mis au jour une quantité impressionnante de tablettes cunéiformes. Cette documentation constituée d’environ 20 000 textes administatifs et épistolaire couvre une vingtaine d’années. La guerre, une fois encore, y est omniprésente. Ces textes permettent de voir comment l’armée était organisée, qui la composait et quels étaient les moyens dont elle disposait pour guerroyer.

L’armée néo-assyrienne

L’armée néo-assyrienne qui fit trembler tout le Proche-Orient au premier millénaire, devait sa force et sa réputation d’invincibilité à une organisation parfaite et rigoureuse. C’était une armée de soldats professionnels spécialement entraînés au combat et parfaitement encadrés par un corps d’officiers supérieurs tout puissant.

Des premiers guerriers à l’armée de métier

A côté de la stratégie, l’organisation et l’équipement des troupes jouent un rôle primordial. Le perfectionnement constant de l’équipement et l’évolution des techniques guerrières aboutiront à l’apparition d’une armée de métier.

Le siège des villes fortifiées

Pour prendre les villes protégées par de puissantes murailles et s’emparer de leurs richesses, les assaillants ont déployé des prodiges d’ingéniosité et d’audace: béliers géants rempli d’hommes de guerre pour ébranler les murs, rampes en terre pour donner l’assaut… et imaginés les ruses les plus inattendues.

Guerre et commerce chez les assyriens

A côté des soldats, il y a les marchands. Ceux-ci ont toujours joué un rôle considérable dans les relations entre pays car en plus de leur fonction proprement mercantile, ils ont été utilisés comme espions, messagers et négociateurs. Le marchand assyrien, de par ses missions économiques et politiques, a donc joui d’une position privilégiée et d’une libre circulation même en temps de guerre.

Déportation et butin

Les vainqueurs ne se sont pas contentés de piller les régions conquises et d’emporter chez eux un important butin. Ils ont aussi déporté les populations soumises, d’une façon massive tout d’abord puis en sélectionnant les meilleurs spécialistes du travail du métal, de la construction navale, de la médecine… qu’ils déplaçaient dans leurs villes avec tout leur clan familial.

Les femmes captives

Quel était le rôle de la femme en temps de guerre ? Quel était son sort lorsqu’elle était du côté des vaincus ? C’est avant tout sa beauté qui en décidait, et ses fonctions. Attirante, elle entrait dans le harem royal. Dans le cas contraire, elle était affectée au tissage.

La bataille de Qadesh

Cette bataille qui opposa en 1287 Egyptiens et Hittites sur le sol asiatique est restée célèbre dans l’Histoire car elle n’eut ni vainqueur ni vaincu. L’armée égyptienne évita, grâce au courage de Ramsès II, une défaite cinglante et l’armée hittite fut repoussée au delà de l’Oronte. Ce fut en quelque sort une victoire à la Pyrrhus avant la lettre, « le triomphe dans le désastre »

La bataille sur les bords de l’Oulaï

La Bataille qui opposa vers le milieu du VII° s. av. J.C. Assyriens et Elamites fut particulièrement cruelle. Elle se termina par le supplice et la mise à mort du roi d’Elam, Té Oumman et de son fils.

Les dieux de la guerre

Une inscription du roi assyrien Erishoum affirme qu’Assour est roi et qu’Erishoum est son vicaire. Ainsi la fortune du dieu est désormais liée a celle de l’empire et la guerre devient guerre sainte.

La guerre chez les dieux

La guerre n’est pas une activité exclusivement humaine. Bien avant les hommes, les dieux se sont affrontés en des combats gigantesques qui ne connurent une issue heureuse que par l’action d’un dieu puissant: Ninourta, Mardouk ou Baal. Mais au-delà de l’aspect proprement mythique, n’y -t-il pas une volonté de garder le souvenir historique de luttes plus humaines ?

590

Pour Nicolas, j’ai vu un numéro consacré aux Mycéniens (n° 195, juillet/août 1994).

Par contre, désolé pour Antoine, mais je n’ai rien trouvé sur les « Arabes » biblique.

Sur Internet, par contre, tu peux lire ceci :

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/les_arabes_et_la_mesopotamie_a_l_epoque_antique.asp

http://www.culture-arabe.irisnet.be/assyriens.htm

Et voici deux fichiers PDF :

geri0606220007a pdf_

les_arabes_et_la_mesopotamie_a_l_epoque_antique

Publicités
commentaires
  1. davrou dit :

    Merci beaucoup pour tout ça !
    Pour les bouquins de chez Osprey je vais acheter cette semaine celui que tu nous avais conseillé et ptetre un ou deux avec McBride ou Reynolds au dessin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s